Systèmes d’Echanges locaux en Ile de France

Accueil > 6 - Revue de Presse > LE PARISIEN du 19 mars 2012 : Elle remet le troc au goût du (...)

LE PARISIEN du 19 mars 2012 : Elle remet le troc au goût du jour

lundi 19 mars 2012, par SEL Val de Fontenay

De nombreux Français ont décidé de combattre la crise à grand renfort d’optimisme, de solidarité ou d’innovation. Notre journal dresse leur portrait. Aujourd’hui, Isabelle Peyre, qui a créé un système d’échange d’objets ou de services entre les adhérents.


FONTENAY-SOUS-BOIS (VAL-DEMARNE), EN JANVIER. Isabelle Peyre a créé un système d’échange. | (LP/LAURE PARNY.)

C’est en plumes et non en euros qu’on se rémunère. Pour faire face aux difficultés économiques mais également pour créer du lien social, Isabelle Peyre a décidé de lancer un système d’échanges locaux (SEL) à Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne, où habite cette demandeuse d’emploi. Après avoir testé ce système en tant qu’utilisatrice à Paris et à Montreuil, elle propose aux habitants de sa ville d’adhérer puis de s’échanger des objets ou de se rendre des services.

« A l’adhésion, nous délivrons 750 plumes (NDLR : une sorte de monnaie symbolique) pour démarrer. Ensuite, les services ou les objets sont échangés selon un certain nombre de plumes, défini de gré à gré entre adhérents », précise Isabelle Peyre, 46 ans, qui élève seule sa fille de 15 ans. Que ce soit pour acquérir à moindre coût le prochain livre que sa fille doit étudier en classe, proposer une collection de timbres, bénéficier d’un covoiturage ou apprendre à tricoter… les sélistes y trouvent tous un avantage. « On redécouvre le plaisir de faire des bonnes affaires sans dépenser d’argent mais aussi de se rendre service, de découvrir les compétences des autres et de les partager, c’est très agréable », assure Isabelle Peyre, déjà vice-présidente d’une association qui organise des sorties moins chères pour les familles. Dans le cadre du SEL, elle organisera tous les trois mois une bourse d’échanges. « Ça va être l’occasion de faire du tri, mais je sais déjà que j’ai un beau bureau d’écolier qui trouvera sûrement preneur, se réjouit d’avance Marion, l’une des premières adhérentes. J’ai déjà acheté pour quelques plumes des devinettes éducatives pour mon petit-fils et j’espère un coup de main en informatique ! »

Isabelle Peyre, qui a créé le SEL avec une jeune mère de famille, a choisi d’en faire un réseau d’échange de savoirs pour éviter des dépenses inutiles. « C’est aberrant de jeter sa machine à laver pour une petite pièce défaillante ou son grille-pain à la moindre panne, tempête-t-elle. Nous organisons des ateliers de réparation de petit électroménager avec les plus bricoleurs. C’est autant d’économies ! » Avec sa maigre pension de retraite, Teia Cernat est l’une des premières adhérentes et devient enseignante de tricot et de petits anges en crochet. « Je peux aussi proposer des gardes d’enfants pour dépanner. Et comme j’aime lire, je craque à chaque proposition de bon roman ! » Le tout pour rien quelques plumes…

Le Parisien

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?