Systèmes d’Echanges locaux en Ile de France

Accueil > 2 - Qui sommes-nous ? > 5 - Témoignages SEListes > Tribune libre > Yenaki

Yenaki

mercredi 28 février 2007, par SEL DE PANAME

Ce texte franco-japonais (lol) sera interprété au Charming le 12/03/07.
Pour créer l’interactivité le public reprend le début de chaque strophe : Yenaki

- Yenaki comptent les moutons,

Avant de pouvoir roupiller.

J’aligne les plumes d’édredon

Qui me chatouillent le nez.

- Yenaki se lèvent le matin

Très tôt pour aller au turbin.

Comme un loir, je dors dans mon pieu,

Avec un lou…sur mes grands yeux !

- Yenaki sont de vrais zombies

Tant qu’ils n’ont pas bu leur p’tit noir.

Les poteaux sont leurs alibis ;

Bing ! Voilà un oeil au beurre noir !

- Yenaki chantent dans les cours,

Je préfère faire des vocalises.

Quand personne n’entend mes discours,

Devant mon miroir j’suis marquise !

- Yenaki en mettent une couche,

Rouge à lèvres, blush et maquillage.

Je n’ voudrais pas faire la fine mouche,

Mais tout ça c’est de l’étalage !

- Yenaki pour plaire à leur jules,

S’habillent sexy et truc bidule.

Elles se perchent sur des hauts talons,

Quitte à se cogner dans l’plafond !

- Yenaki se font faire des tatouages,

Sur leur corps musclé ou gracile ;

Mais ces tags ne partent pas au lavage

Sont carrément indélébiles !

- Yenaki enfilent des perles ;

Certains tiennent la chandelle.

Les gazous chassent la gazelle ;

Pendant c’temps, j’écoute les merles.

- Yenaki croient gagner le gros lot

En jouant des grilles au loto.

Moi je vous l’dis du tac au tac,

Ces trucs là, c’est de l’arnaque !

- Yenaki vont aux champignons,

Pour cueillir trompettes de la mort.

Y’a plus d’arsenic, plus de poison,

Pour belles-mères revêches qui ont tord !

- Yenaki partent à cloche- pieds

Et d’autres à la cloche de bois.

Poursuivis par les huissiers,

Ils sont vite saisis… de froid !

- Yenaki qui affirment avec zèle :

« Je sors de la cuisse de Jupiter »

Dyonisos a prêté des ailes

A ces elfes pour brasser d’l’air.

- Yenaki en grande pompe ont nié

Etre né de Berthe aux grands pieds.

Voyez leur empreinte… génétique,

Leur arbre généalogique !

- Yenaki s’posent des questions :

Qui suis-je ? Qu’ouï-je ? D’où- viens je ?

Qui sait ! C’est peut-être du beau linge !

Halte-là !... VERIFICATION !

- Yenaki prévoient à l’avance

L’moment de leur disparition.

Ils prennent toutes sortes d’assurances ;

On n’ sait jamais… les collisions !

- Yenaki partent avant l’heure,

Sans avoir fermé le compteur,

Ni pris le temps de dire adieu,

Catapultés direct aux cieux !

- Yenaki claquent chaque jour leur fric

Pour n’pas attirer les vautours.

Héritage ? Vous n’en aurez pas…

J’ai tout bouffé ici bas !

- Yenaki en tiennent une couche.

Ils ont compris bien trop tard,

Qu’on ne remplit pas toujours la louche,

Avec telle quantité d’ caviar !

- Yenaki font des prouesses,

Et la tournée de tous les cafés.

Leur estomac qu’est-ce qu’il encaisse !

Mais j’ voudrais surtout pas cafter !

- Yenaki sont complètement saouls,

Mettent tout sans-dessus dessous.

Quand ils sont saouls, ils n’ont plus d’ronds.

Quand ils sont ronds, ils n’ont plus de sous.

- Yenaki ont des drôles de façons

De vous taxer dans le métro.

Au fond de ta poche, t’as pas un euro ?

Je te l’échangerai contre… un canon.

- Yenaki s’prennent vraiment au sérieux,

Qui essayent d’en mettre plein les yeux.

Le vernis ça n’suffit pas,

Va falloir décaper tout ça !

- Yenaki gobent les mouches,

En ouvrant tout grand leur bouche ;

Certains savent coincer la bulle.

Ils font vraiment beaucoup d’émules.

- Yenaki comptent leurs boutons

Et leurs voix aux élections.

Un, deux, trois, quatre, cinq… il en manque !

Eh ! Candidats vous avez une planque ?

- Yenaki envoient leurs promesses

En l’air, en l’air, toujours en l’air.

Demain, on y verra plus clair.

Pose ton pipeau et ta grosse caisse !

- Maintenant je vous tire ma révérence,

C’est une bafouille sans importance,

Ma démarche étant de vous divertir,

Et de vous arracher… un sourire !

Si je suis venue au charming,

En oubliant tous mes percings,

C’est que j’vais sans doute y rev’nir.

La prochaine fois ce sera pire !

Marie Carteron

( texte en copyright)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?