Systèmes d’Echanges locaux en Ile de France

Accueil > 2 - Qui sommes-nous ? > 5 - Témoignages SEListes > Tribune libre > Louis Braille

Louis Braille

mardi 17 mai 2005, par SEL DE PANAME

Louis BRAILLE l’inovateur
1809-1852

Sa vie, son œuvre.

Ayant quitté son village natal, Coupvray, c’est à l’Institution Royale des Aveugles, située au 68, rue Saint-Victor à Paris, école fondée par Valentin Haüy, qu’il étudia de 10 à 17 ans, puis qu’il enseigna ensuite.
En 1819, malgré la séparation difficile avec sa famille, il eut immédiatement beaucoup de plaisir à apprendre. Il fut brillant en tout, et en particulier en musique, se mettant au piano puis quelques temps après à l’orgue.
En 1821, un capitaine de l’armée, Charles Barbier de La Serre, vint exposer à l’école un système d’écriture utilisé par l’armée pour permettre aux militaires de communiquer la nuit.
Ce système basé sur l’écriture en relief des sons, appelé aussi sonographie, incomplet mais très novateur, intéressa Louis Braille au plus haut point.
Il commença alors à chercher à améliorer ce système en remplaçant les sons par des lettres, en ajoutant des caractères manquants comme les notes de musique, certains symboles mathématiques, la ponctuation.
Le directeur d’établissement , le Dr Pignier, jeune, dynamique et sensible à la condition des aveugles, apporta son soutien à Louis Braille dans ses recherches.

Les inventions de Louis Braille
L’écriture braille

Louis Braille travailla à l’élaboration de son système d’écriture à partir de l’âge de douze ans. Entre 12 et 16 ans il va mettre au point une première version du Braille.
En 1829 sort la première édition de l’ouvrage sur sa méthode dont la version définitive sera achevée en 1837 et qui sera peu à peu reconnue et définitivement adoptée par les aveugles du monde entier en 1844. Elle est encore universellement utilisée aujourd’hui

Dans l’alphabet Braille chaque caractère( lettre , chiffre, ponctuation etc..) comporte 6 points en relief ou points saillants disposés sur 2 colonnes de 3 points.
Les deux points du haut correspondent à nos deux épaules, les deux points situés au milieu, à nos deux hanches et les deux points du bas, à nos deux genoux.

Avec 63 combinaisons possibles, ce système permet la représentation très complète de tous les caractères usuels
Ces 6 points en relief, regroupés sur la feuille (la distance entre deux points est de 2 à 2,5 mm) facilitent la lecture immédiate de chaque caractère par le passage de l’index sur la ligne d’écriture.

Le raphigraphe

Par désir de communication avec tous, Louis Braille inventa également un système d’écriture pour correspondre avec les voyants : le décapoint , constitué d’une tablette et d’une grille numérotée servant de repère.
En 1839 afin d’optimiser ce procédé peu rapide, il mit au point le raphigraphe ou planche à pistons avec François-Pierre Foucault, un de ses compagnons d’école.
L’unique poinçon est alors remplacé par dix pointes à ressorts.
C’ est le précurseur de l’imprimante à aiguille.
Les caractères de l’alphabet classique (utilisé par les voyants) sont formés par une succession de points imprimés et en relief sur le papier, à l’aide de petites pointes encrées. Une manivelle fait avancer l’appareil, pour former les mots.
Il demandait une grande connaissance des différentes combinaisons de touches .
Certaines lettres, exposées au musée laissent admiratif par la perfection de l’écrit réalisé.
Le raphigraphe fut utilisé pendant plus de cinquante ans avant l’apparition de la machine à écrire.

Source:Braillenet

Sélection : Lili Pincemoi

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?