Systèmes d’Echanges locaux en Ile de France

Accueil > 2 - Qui sommes-nous ? > 5 - Témoignages SEListes > Tribune libre > Le yoga

Le yoga

lundi 30 mai 2005, par SEL DE PANAME

LE YOGA

Pratiquer le yoga est une assurance de longue vie saine et équilibrée. Les yogis ont un corps sain : les exercices qu’ils pratiquent ont sur l’organisme une action préventive, voire curative. Ce sont des êtres équilibrés, parfaitement maîtres d’eux mêmes. Ils sont pleinement épanouis car ils ne connaissent pas la contrainte.

Le yoga est né aux Indes où ses adeptes sont très nombreux. Les premiers textes ne peuvent être datés de façon précise, les uns les placent deux siècles avant notre ère, les autres, quelques siècles après. Lorsque les occidentaux ont découvert ce pays, ils y ont trouvé des hommes au comportement étrange, vivant dans le dénuement le plus complet et capables de réaliser des choses extraordinaires .Ces hommes furent facilement rangés dans la catégorie des sorciers, ils restèrent longtemps des objets de curiosité. Aujourd’hui et depuis peu, la pensée hindoue est étudiée par les Occidentaux en tant que philosophie, ce qu’elle est.

Son but
Le yoga procède d’une recherche philosophique et religieuse .La pensée hindoue s’est penchée sur le problème de l’asservissement de l’homme soumis aux lois de la nature. Le corps appartient à cette dernière alors que l’esprit connaît un tout autre mode de développement. Il importait donc de le replacer dans son contexte extra humain, extra terrestre et métaphysique.

L’esprit étant lié au corps, troublé par lui, mis au service des ses actions, n’est plus le même, il a perdu peu à peu la véritable connaissance et la supériorité qu’il possède : il est dispersé.

Le yoga (qui signifie " joindre " va donc s’attacher à lui rendre son unité et son autonomie.

Ayant réussi à joindre tous les éléments de son contenu mental et ne connaissant plus la dispersion, l’esprit peut alors tendre vers un but suprême : la connaissance divine.

Les principales disciplines du Yoga
Pour arriver à ce but, de nombreuses méthodes ont été édifiées.

Le raja-yoga : le plus difficile, réservé aux grands mystiques, exige de nombreuses étapes que l’Occidental arrive rarement à franchir.

Le jnâna-yoga : est le yoga des philosophes

Le bhakti-yoga : est fondé sur l’amour divin ; il n’est pas sans analogie avec la pensée mystique chrétienne.

Le karma-yoga : est le yoga de l’action, il consiste à agir sans désirer de récompense.

Le mantra-yoga et le laya-yoga : sont fondés sur la répétition des sons, prononcés dans le premier cas, intériorisés dans le second.

Le hata-yoga : est le yoga du corps, dont les exercices permettent la concentration, c’est aussi la méthode la plus en rapport avec le genre de vie des Occidentaux (les exercices proposés plus loin en sont extraits).

Le hata-yoga et les médecines
Les maîtres occidentaux ont puisé dans l’héritage hindou, des postures, un mode de respiration , quelques règles de vie annexes capables de rendre à l’homme moderne l’équilibre corporel et mental auquel il aspire ; le caractère religieux en est généralement exclu.

L’équilibre est le premier stade de l’ascension yogique. A ce stade, un yogi ne doit plus connaître la contrainte du corps, il doit l’avoir guéri de " ses maladies ", l’avoir rendu insensible aux attaques extérieures, à la douleur en particulier. On ne peut dire cependant que le yoga est une médecine. Dire au futur yogi qu’il va guérir de tous les maux s’il pratique le yoga sera le meilleur moyen de lui en barrer le chemin. Empli de l’idée de perdre ses toxines, sa cellulite ou d’améliorer ses fonctions, il ne pourra progresser car son esprit doit être libre.

C’est parce qu’il est hautement bienfaisant que l’on a tendance à rattacher le yoga à une médecine.

Aujourd’hui, cependant, de nombreuses maladies étant d’origine psychosomatique, c’est à ce titre qu’on pourrait établir un parallèle entre la médecine qui guérit et le yoga qui réorganise : il faut donc insister sur la régulation du tonus musculaire, la réeducation respiratoire, l’équilibre hormonal et mental qui résultent de la pratique du yoga.

La journée d’un yogi
Le yogi est un homme comme les autres, mais plus équilibré ou, du moins, à la recherche de cet équilibre.

Le yoga n’est pas simplement la réalisation d’un équilibre momentané, c’est une réalisation durable, et, à cause de cela, il implique la notion de continuité dans l’effort et la recherche de l’équilibre dans tous les domaines.

Aussi n’est’il pas utile de consulter un gourou pour entendre dire que le tabac est nocif pour la santé, que l’alcool tue, que les excès sont mauvais. Tout le monde le sait.

Le yogi, évitant les excès, apprendra à connaître ses besoins alimentaires, il respectera les règles élémentaires de diététique ; il n’est pas question de lui conseiller un régime végétarien ou le jeûne pratiqués aux Indes. Il mènera une vie régulière et respectera une bonne hygiène de vie.

Bien entendu, certains yogis ayant poussé très loin leur ascension yogique pourront être amenés à se purifier, à jeûner à la manière des hindous .

Plus important sera l’état d’esprit du yogi. La philosophie yogique implique la non-violence, la pureté et le détachement.

Le yogi n’a pas à se retirer du monde pour pratiquer l’ascèse et la méditation : il fera son métier comme les autres et, dans ses moments de loisir, trouvera quelques instants chaque jour, plus une heure par semaine (séance dirigée) pour se consacrer à des exercices corporels.

Ce faisant, il acceptera en outre l’apprentissage modeste, dépouillé de tout esprit de compétition ou autre. La volonté seule est indispensable dès le début.

Comment pratiquer le yoga
Le jeune hindou restait quinze ans auprès de son maître pour trouver sa voie... On ne peut donc soutenir l’idée que le yoga puisse s’apprendre sans directives, seul, chez soi. Les adeptes sont de plus en plus nombreux, les salles aussi…Vous choisirez un bon maître qui vous enseignera progressivement tout ce qu’un livre ne peut résumer et, surtout, la manière de lier l’un à l’autre les exercices (âsanas ou postures) et de les accompagner de cette respiration particulière et indispensable. Chez vous, vous pratiquerez les postures que vous aurez maîtrisées.

Les âsanas
Parmi les nombreuses postures, les plus connues et celles susceptibles de faire comprendre le mécanisme sont décrites ci-après. Ainsi :

les âsanas de l’arbre, du poisson, du diamant, etc… qui sont fort simples ; ils apportent l’apaisement à l’esprit et le repos au corps.

L’âsana de l’arc, qui assouplit tout le corps, affermit les muscles abdominaux et la poitrine. Son principal intérêt réside dans la stimulation des glandes endocrines : il est donc déconseillé à ceux qui souffrent d’hypersécrétion glandulaire.

L’âsana complet, qui amène le sang dans la partie supérieure du corps, sans fatigue cardiaque, et qui est bénéfique à l’organisme tout entier. Il a des effets thérapeutiques sur les varices, les hémorroïdes, les nerfs…mais il est mal supporté par ceux qui souffrent des oreilles ou des yeux.

L’âsana du lotus, le plus connu, symbole de la sérénité, qui apaise le système nerveux.

Les pinces, qui sont excellentes contre l’arthritisme et renforcent la voûte plantaire.

L’âsana sur la tête, qui permet l’irrigation du cerveau et en augmente les facultés, tout en stimulant les glandes.Il es déconseillé en cas d’hypertension et d’affections respiratoires.

Le nauli, qui soulève le gros intestin (et le nettoie), le diaphragme et l’estomac : c’est le meilleur moyen pour lutter contre la constipation.

L’âsana du cobra, dont les effets sont surtout ressentis sur le plan musculaire (cou, dos, fessiers, abdominaux)et sur le plan nerveux (décontraction). Il demande des précautions (respiration parfaite, repos prolongé).

À savoir : entre deux âsanas, un repos s’impose.

Par Genna

Sélection Lili Pincemoi

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?