Systèmes d’Echanges locaux en Ile de France

Accueil > 2 - Qui sommes-nous ? > 5 - Témoignages SEListes > Tribune libre > Bonsaà¯

Bonsaà¯

jeudi 19 mai 2005, par SEL DE PANAME

Bonsaïmania...
ou la passion des arbres nains

- introduction
- Bonsaï dedans, bonsaï dehors
- Quelques petits trucs à savoir

Introduction

Le goût des arbres nains nous vient de la Chine ancienne, où ils étaient cultivés soit en pleine terre dans les jardins, soit dans des pots de porcelaine. Au XIe siècle, les moines boudhistes l’exportent au Japon. Rapidement, les bonsaïs vont être développés par l’aristocratie militaire (les daimyos et les samouraïs) dans ses palais et par les moines dans leurs monastères.

Les Chinois appréciaient la reconstitution en miniature de véritables paysages : nature sauvage au milieu des rochers, forêts denses). Les Japonais recherchèrent surtout la perfection de la forme, souvent bornée à un seul spécimen. Ils ont élaboré une véritable " grammaire des formes ", connue des spécialistes. L’art du bonsaï n’a pénétré l’Occident qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle, grâce aux missionnaires botanistes. Dans les premiers temps de ce " transfert culturel ", le sens philosophique originel avait été quelque peu escamoté au profit de la curiosité (l’exotisme) ou de l’esthétique (le japonisme).

A la fin du XXe siècle, les Occidentaux s’intéressent plus à perception globale de la culture japonaise. Comme pour l’ikebana, les bonsaïs constituent une voie pour mieux pénétrer l’harmonie du monde. C’est un art qui exige de la discipline, de la patience, une envie d’apprendre, un sens de l’observation. A constater le véritable engouement dont il bénéficie actuellement, il semble constituer un utile contrepoint aux défauts manifestes de la civilisation postindustrielle : instabilité, urgence, illusion que tout peut s’apprendre avec quelques recettes.

f.r.

Bonsaï dedans, bonsaï dehors

Pour l’intérieur...
- FICUS
arbre tropical, feuillage persistant vert brillant. Résistant.
- ORME DE CHINE
robuste, le plus facile à former en le taillant régulièrement.
- CARMONA ou "arbre à thé"
originaire de l’Asie du Sud-Est. Demande beaucoup de lumière et de chaleur. Culture assez délicate.
- LIGUSTRUM
variété de troène, floraison blanche. Arroser régulièrement.

...Ou l’extérieur
- ERABLE
origine Japon. Craint un soleil trop vif, arrosages réguliers en été. Tailler en février pour structurer l’arbre.
- GINKGO
feuillage caduque. Spectaculaire. Emplacement mi-ombre en été.
- PINUS (pin)
supporte bien les variations de température. Ligaturer plutôt que tailler. Eviter de couper les racines et de trop arroser.
- GENEVRIER
conifère (oui !) de l’hémisphère nord. Résiste aux variations de température. et croit lentement. Arrosages espacés.
- POMMIER
fruitier de l’hémisphère nord. Supporte le plein soleil, résiste au gel. Arroser fréquemment. ... Et aussi : le charme, le mélèze, l’aubépine, le saule ou l’if.

Quelques petits trucs à savoir

- En règle générale, le bonsaï aime la chaleur et la lumière, et surtout il déteste les atmosphères trop sèches. Son pire ennemi est le radiateur.
- A la belle saison, il faut sortir les bonsaïs, même ceux d’intérieur
- Même si chaque espèce a ses secrets, il faut arroser les bonsaï régulièrement et plutôt abondamment, été comme hiver. Mais pas au point détremper les racines ! . Question de doigté... et de pratique.
- Evitez de déplacer sans cesse votre bonsaï. Les voyages le stressent !
- Faites confiance à votre pépiniériste (du moins quand il est spécialisé dans cette culture) adhérez à un club ou une association.(ça existe !)

Sélection : Lili Pincemoi

Source : Le grand jardin

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?