Systèmes d’Echanges locaux en Ile de France

Accueil > 2 - Qui sommes-nous ? > 5 - Témoignages SEListes > L’Europe des systèmes d’échange

L’Europe des systèmes d’échange

jeudi 28 novembre 2002, par SEL DE PANAME

Comment bètir une Europe différente si nous n’échangeons pas nos pratiques et nos savoirs ? Travailler sur les systèmes d’échange est l’occasion de repenser nos modes d’échanges, notre manière d’échanger. Force est de constater les différences par pays, par culture, en fonction du genre (masculin-féminin)… Et si nous acceptions les différences en commençant par modifier notre regard, notre comportement ?

(...) Le premier témoignage vient de Catalogne. Il existe trois SEL (systèmes d’échange locaux) dans la région de Gijon, un réseau d’échange de savoirs, un système d’échange d’hébergement. Tous ces réseaux travaillent à collaborer ensemble. Constat : quand il y a échange, il y a dignité et respect entre les personnes et entre les réseaux. Il y a des liens avec d’autres SEL espagnols. Il y a également utilisation d’un papier monnaie et une comptabilité sur ordinateur.
Le deuxième témoignage vient de Grande-Bretagne, d’un universitaire, Pitt, surtout intéressé par ce qui fonctionne sur le terrain, sans pour autant fuir le débat philosophique. Il traite de différents pays :

1 - Angleterre : en 1992, après que la livre ait été éjectée du système monétaire européen, un grave crise financière a assailli le pays, provoquant une montée en puissance des LETS (nom anglais des SEL) jusqu’à 600. Puis, cela est retombé progressivement : sans doute 200 aujourd’hui. L’élection de Tony Blair avait donné espoir, mais l’objectif du gouvernement est l’emploi, non une alternative au capitalisme.
L’exemple de Manchester : passage de 40 fondateurs à 650 membres en deux ans. Ce sont en général des Verts, des alternatifs, des anarchistes, des quakers. Cette sociologie montre une bonne connaissance politique qui facilite la confiance : la question de compter ne se posait pas. Mais il n’a pas été possible d’étendre vers les classes ouvrières ou en difficulté économique : ce système n’inspire pas confiance (erreur dans le choix du nom de la monnaie) ; il risque de faire perdre l’aide sociale.
En guise d’alternative des banques du temps ont été créées par le gouvernement avec quelques subventions et le maintien de l’aide sociale. Les utilisateurs des LETS sont méfiants vis-à-vis des banques du temps, car cela ne change pas le système économique.

2 - La Hongrie : les gens intéressés sont souvent des gens qui veulent rétablir de la confiance après une longue période de dictature. Sept associations sont identifiées. Celle de Budapest est, dans son fonctionnement, similaire aux autres cas européens. La plus originale est blottie près de l’Ukraine, dans une forêt, à l’abandon de tout système capitaliste. Il s’agit d’une entraide entre dix-sept familles. La question est de savoir s’il faut élargir, avec des questions de confiance et le besoin alors d’avoir une unité monétaire.

3 - Argentine : là, les systèmes sont bien plus importants en nombre. Il y a des problèmes d’inflation de billets, de fausse monnaie, de consommation sans don, mais, au moins, cela évite que les gens meurent de faim.

(...)

- Bruno Lombard - Apress - 9 novembre 2002
- Lire l’Article complet sur le site www.mediasol.org

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?